Le campement illicite de Triel démantelé

Le campement illicite de Triel occupé par des populations Roms a été démantelé dans la matinée du jeudi 14 juin, conformément aux engagements pris par les pouvoirs publics au printemps dernier. Les populations concernées ont été relogées dans un hôtel social de l’Ouest parisien.


Le campement illicite installé depuis septembre 2017 le long de la RD1, sur un délaissé de terrain appartenant au Conseil départemental des Yvelines et situé à Triel, a été démantelé dans la matinée du jeudi 14 juin 2018. Les 107 personnes issues de la communauté Rom qui l’occupaient avaient été prévenues de longue date du principe de cette fermeture. De plus, des démarches de relogement et d’insertion étaient conduites depuis plusieurs mois, en lien avec des associations œuvrant dans ce secteur. De ce fait, au matin du 14 juin, une quarantaine de personnes étaient effectivement présentes sur le site.

Les opérations de fermeture du campement ont été coordonnées par la Préfecture des Yvelines avec le concours de la Police Municipale de Triel, de la Police Nationale, d’une compagnie de CRS, des services du Département des Yvelines, des Pompiers, de la Direction Départementale de la Cohésion Sociale des Yvelines et d’associations partenaires de l’action publique. Grâce à la bonne coopération de l’ensemble des protagonistes et des occupants du campement, les opérations de fermeture du camp se sont déroulées sans heurts ni violence et aucun débordement ni affrontement n’a été à déplorer. Les personnes présentes ont bénéficié d’un transport en bus qui les a emmené jusqu’à un hôtel social de l’Ouest parisien où elles ont été accueillies.

Par la suite, les services du Conseil Départemental des Yvelines, propriétaire du terrain où le campement était installé, on fait procéder à la destruction des 40 caravanes encore présentes sur ce site. Celui-ci sera nettoyé par la suite. A l’issue de ces opérations, des blocs de béton ont été installés par le Département aux entrées du terrain afin d’empêcher toute nouvelle installation d’un campement illicite ou le dépôt sauvage de déchets. En complément et avec les mêmes objectifs, la Ville de Triel a également procédé à l’installation de blocs de béton interdisant l’accès à la plaine maraichère depuis le territoire communal.

"Une page de l’histoire de Triel qui se tourne”

« C’est une page de l’histoire de Triel qui se tourne et je me réjouis que ces opérations aient pu être conduites dans le calme, le respect et la dignité des personnes, déclare le maire de Triel, Joël Mancel. Les quartiers proches de ce campement vont pouvoir retrouver la quiétude et la tranquillité qui n’auraient jamais dû les quitter. Leurs habitants ont subi directement des nuisances multiples pendant plusieurs mois, aussi je tiens à les remercier pour leur patience et leur compréhension. Cette procédure a pris du temps mais ce délai était nécessaire pour assurer la bonne gestion de ce dossier dans ses volets juridique, technique, ou encore d’accompagnement social. Je remercie également pour son efficacité M. le Sous-Prefet de Saint Germain en Laye, qui a assuré la coordination de ces opérations avec une vigilance de chaque instant quant aux aspects humains et sociaux. En mars dernier, lors d’une réunion publique devant les Triellois, il avait pris l’engagement de fermer le camp avant l’été 2018 et il a tenu parole. Désormais les nuisances issues de ce camp sont derrière nous, et nous pouvons à nouveau regarder l’avenir avec sérénité. »